Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LAMBERSART PASSIONNEMENT
  • LAMBERSART PASSIONNEMENT
  • : Blog de l'Equipe de la liste municipale majoritaire "Lambersart Passionnément".
  • Contact

Bienvenue sur notre blog !

31 août 2014 7 31 /08 /août /2014 04:21
 
 
Les associations lambersartoises, encore plus nombreuses qu’en 2013, ont répondu « présentes » à l’initiative de la ville et de l’OMJS (Office municipal de la jeunesse et des sports).
C’est certain, les lambersartois viendront à la rencontre de leurs associations le samedi 6 septembre, de 10h à 17h, espace Pierre de Coubertin, pour la 4éme édition de la « Journée rencontre associations ».
Un temps fort pour le mouvement associatif et incontournable pour les lambersartois qui recherchent une activité, un loisir un passe-temps ou mieux encore proposer de donner de leur temps avec France bénévolat !
Près de 80 associations seront à disposition, à l’écoute pour vous convaincre d’adhérer.
A vous de choisir !
 
Cette année, des nouveautés
Proposée par le CCAS, l'activité marche nordique sera en démonstration. Vous pourrez vous y essayer, assisté par un coach, avant de vous y inscrire, de 10h à 13h !
 
Vous aurez aussi l’opportunité de mesurer votre forme avec le Diagnoform : un ensemble d'exercices qui permet de mieux se connaître, quel que soit l'âge, et d'évoquer ses axes de progrès…
 
Le Proxibus sera également installé sur le parvis abbé Pierre pour vous permettre de retirer les chèques loisirs famille qui facilitent l'accès aux associations lambersartoises et de poser les questions sur les services de la ville, sans oublier Transpole pour la mobilité.
 
Enfin, une petite restauration sera proposée sur place par l’association (cette année) Georges Delfosse au profit des initiatives caritatives qu’elle défend. Sachez que l’association a été tirée au sort pour assurer une égalité de traitement des associations caritatives qui s’étaient portées volontaires pour la tenue de la buvette.
 
La boucle est bouclée, à samedi prochain, espace Pierre de Courbertin entre 10 heures et 17 heures.
 
L’entrée est gratuite, un cadeau vous y attend dans la limite des stocks disponibles.
 
Vous serez nombreux !
A leur rencontre !
Repost 0
Published by LAMBERSART PASSIONNEMENT - dans Vie Associative et Locale
commenter cet article
23 août 2014 6 23 /08 /août /2014 03:48

Lambersart pendant la première guerre mondiale

L’entrée en guerre, la mobilisation et l’arrivée des troupes allemande

De l’assassinat de Sarajevo à la déclaration de guerre, un mois se passe où l’engrenage des alliances, la triple alliance contre la triple entente, pousse l’Europe dans la guerre.

Les Historiens posent aujourd’hui le problème de la cause de la guerre, s’agirait-il comme le pense les Français d’une volonté agressive de l’Allemagne ou de l’Autriche et que penser du tsar de Russie!

Ils proposent un concentré de causes multiples pour l’entrée en guerre, la rivalité économique supplante les aspects politiques purs.

Du 1er août 1914 au 4 août les belligérants mobilisent leurs troupes et entrent en guerre. La mobilisation française est une réussite à côté du fiasco de 1870 avec près de 4 millions d’hommes mobilisés en quelques jours (les hommes âgés de 21 à 38 ans). Des résistances réelles existent toutefois comme par exemple les femmes qui se couchent sur les rails et quelques syndicalistes pacifistes arrêtés préventivement. L’union sacrée joue avec d’autant plus d’acuité que l’invasion de la Belgique apparaît comme un sacrilège et que Jaurès a été assassiné.

L’épisode glorieux des taxis de la Marne masque une victoire inachevée qui entraîne notre occupation.

Le mois le plus meurtrier de la guerre se situe pendant tout le mois d’août 1914. Le 14 octobre les premiers obus tombent avenue de l’hippodrome et font les premières victimes. Un seul agent administratif M. Pamart et l’adjoint Henri Delécaux sont présents sur les lieux.

Une occupation terrible de 4 ans

L’occupant allemand réquisitionne les châteaux : Houzet Kommandantur (en face de la mairie actuelle), le Pré fleuri et le château Bonte reliés par une tranchée de sécurité, le château du Colysée pour les plus connus. Un hôpital de campagne est constitué au château Decroix (villa Heurtebise), la maison rouge (rotes Haus) car le front ne se situe qu’à 8 km.

Un premier cimetière allemand voisine avec le vieux cimetière du chemin de Lompret puis transféré en 1920 dans le cimetière allemand paysager actuel.

La guerre présente pendant ces 4 ans.

Quelques tirs de canons anglais et bataille aérienne sporadique après 1916 font sentir la présence de la guerre au quotidien. Un Gros canon se situe dans le parc de la Cessoie ainsi qu’un poste d’observation dans le clocher de St Calixte. Un canon de DCA se trouve avenue Foch et un canon sur rail au château des ormes. Un ballon Zeppelin dans le parc de la Cessoie permet l’observation. Des casemates et des tranchées sont creusées par les occupants sur tout le territoire.

De multiples interdictions et arrestations

Les nombreuses affiches bilingues annoncent les interdictions de circulation, ausweis, et la récupération de tout, ainsi que les réquisitions (vélos, laine, matelas….). Citons le sort malheureux du maire Auguste Bonte décédé en 1916 des séquelles infligées par l’armée allemande. Son adjoint Henri Delécaux est également arrêté et surveillé. Les femmes comme Me Crépy sont arrêtées en 1918 et déportées 6 mois en Allemagne. La déportation d’hommes et de femmes dans des camps de travail sont habituelles.

Pourtant Lambersart reste une ville arrière de repos et plaisirs

De nombreuses photos permettent de reconstituer les concerts et les revues militaires. La Maison du soldat se situe avenue Le Nôtre (Soldatenheim), alors que la Maison des sous officiers est avenue Becquart. Les Châteaux sont les lieux de plaisir des officiers. Ajoutons la proximité de Lille pour les théâtres, la musique, les cinémas et les guinguettes.

Enfin en octobre 1918, la libération et le culte du souvenir

Lambersart est libérée par les troupes anglaises en octobre 1918. Près de 400 morts sont inscrits sur le monument aux morts construit en 1920 et inauguré en 1921. La statue est de Soubricas et la stèle de Valdant. Rappelons le Cimetière militaire allemand de 1920 sis à côté du vieux cimetière de la ville et qui est déplacé et regroupe 5000 tombes.

Nous disposerons d’un cimetière militaire français doté d’une flamme du soldat inconnu en 1927 à Canteleu.

Affiche de réquisitions et punitions

Affiche de réquisitions et punitions

Vue du château Decroix et d'officiers allemands en convalescence

Vue du château Decroix et d'officiers allemands en convalescence

Repost 0
Published by LAMBERSART PASSIONNEMENT - dans Culture Tourisme Animations International
commenter cet article
16 août 2014 6 16 /08 /août /2014 04:39

Pourquoi un quartier « Châteaux, Verghelles » (2)?

 

2. Pourquoi Verghelles ?

Sans doute fallait-il choisir dans la longue lignée des seigneurs de Lambersart et même choisir entre les suzerains et les vassaux, les fiefs et l’émiettement féodal !

Le sort tomba donc sur la lignée des Verghelles !

 

Le lotissement Verghelles date des années 1971-1973 construit par le groupe des maisons familiales de Cambrai (maisons blanches) il jouxte les maisons rouges Bâtir construits quelques années auparavant. Il rappelle un des seigneurs de Lambersart. Cette lignée des Verghelles figure parmi les derniers seigneurs de Lambersart avant la révolution française. Charles François Verghelles, trésorier de France par son mariage avec Marie Claire Semittre hérita des terres. En 1752, Lambersart passa à Simon Pierre Eloy Verghelles à la mort de sa mère. Nous possédons son testament rédigé à Douai en 1776 dans lequel il cède ses titres à sa sœur Marie Claire Angélique épouse du seigneur de Poucques. Sa pierre tombale se trouvait dans l’ancienne église Saint Calixte.

 

Penchons nous de manière plus précise sur leur histoire et même sur l’orthographe du nom de famille, fallait-il écrire, Verghelle ou Verghelles ?

La Flandre fait partie du royaume de France depuis 1667. François Semittre ou Smittre ou Smitter, lieutenant dans l'armée royale, devient seigneur de Lambersart en 1673. Il est aussi échevin de Lille en 1673. Fait chevalier en 1675, il devient prévôt des maréchaux de Flandre en 1679 et meurt en 1721.

Sa fille Marie-Claire (morte en 1752), héritière de Lambersart-Bourg, épouse en 1702 Charles François Verghelle né en 1666, fils de Jacques Verghelle, trésorier de France à la chambre des traites (bureau des finances), conseiller et secrétaire du Roi de France au Parlement de Flandre à Lille de 1718 à 1748, fait chevalier et anobli par 20 ans de charge. Charles Verghelle devient seigneur de Lambersart et s'établit au château du bourg (attesté par terrier de 1733). Il fonde la branche des Verghelle de Lambersart et meurt en 1755.

Il n’a jamais été question d’un s au bout du nom de Verghelle. L’armorial de Flandre fait état de la famille Verghelle et propose une traduction flamande Werghelles et c’est sans doute là l’origine du « s » terminal repris par des auteurs. L’histoire de Lambersart (Giard Grimonprez 1911) fait état de la famille Verghelles en citant Simon Pierre Eloi Verghelles mort à Douai en 1776 et évoque l’histoire la famille Verghelle (sans s) en note de bas de page.

Le sceau de la famille Verghelle (sans s) fait état de Charles François Verghelle sieur de Lambersart (1666-1755) qui épouse Marie Claire de Semitre et qui décède en 1752.

 

Dans le terrier du prieuré de Fives de 1733 concernant le domaine de la Cueillerie, le plan du Bourg avec l’église et sa légende évoque le château de M. Verghel. . Cette annotation précise donc bien l’existence d’un château sans doute une demeure seigneuriale servant de relais de chasse.

La seigneurie de Lambersart et Grandval reste néanmoins aux Verghelle, d'abord par leur fils héritier Simon-René-Eloi en 1752, conseiller secrétaire, écuyer, mais qui décède en 1776; non marié et sans enfant, Lambersart passe en 1781 à sa sœur Marie-Claire-Angélique (1706-1783), qui s'était marié sur le tard en 1756 à François-Joseph de Poucques (1727-1785), écuyer, bourgeois de Lille, nouveau seigneur de Lambersart. Trop âgés ils n'ont pas d'enfants et font leur héritier de la seigneurie de Lambersart-Bourg, leur neveu par son père, leur beau-frère Imbert-Lamoral-François-Joseph-Marie, marquis de Genevières, bourgeois de Lille. Il est veuf d'une autre sœur Verghelle, Marie-Catherine-Thérèse* née en 1713, mariée en 1736 décédée en 1760). Son fils Philippe-François-Joseph de Genevières né en 1748, chevalier, comte de Genevières, est le nouveau seigneur de Lambersart et Grandval en 1786.

Le comte de Genevières, seigneur du bourg de Lambersart, traverse la Révolution française et meurt en 1805. Il y a eu des comtes de Genevières jusqu'à la fin du XIXe siècle.

 

Les diverses écritures du nom « Verghelle » laissent beaucoup de libertés aux auteurs de plans cadastraux et la terminale « s » ne semble pas une erreur même si la famille l’avait progressivement élidé.

 

L’histoire vient en aide aux édiles pour retrouver le sens de la dénomination d’un quartier ou d’un lieu dit.

 

Claude REYNAERT

Historien

 

 

Illustration : Testament de Charles François Verghelle à Douai sans s dans la signature

C'est l'été, ouvrons une page de l'histoire de Lambersart (3)
Repost 0
Published by LAMBERSART PASSIONNEMENT - dans Culture Tourisme Animations International
commenter cet article
9 août 2014 6 09 /08 /août /2014 04:32
C'est l'été, ouvrons une page de l'histoire de Lambersart (2)

Pourquoi un quartier « Châteaux, Verghelles » ?

1. Une histoire de châteaux fantômes

La zone située au nord ouest des quartiers historiques de la ville de Lambersart, le Bourg, Canteleu et Canon d’or, s’est développée tardivement. La ville de Lambersart a compté pendant longtemps un large espace champêtre. La limite naturelle pourrait être déterminée par la ligne ferroviaire du contour de Lille.

La seule exception à la règle fut le début de la construction de la Cité Familiale, bâtie à l’écart des perditions de la grande ville pour les familles nombreuses lilloises par Eugène Duthoit dans les années 1930.

Le baby boom des années 1950 et le rapide développement urbain a dévoré l’espace agricole proche et Lambersart n’a pas échappé à cet appétit de constructions. La briqueterie Marquant qui occupait une grande partie de la zone nord ouest avait cessé sa fabrication, faute de terrains disponibles et avait transformé une partie de ses installations en bâtiments industriels qui servaient de grandes surfaces pour la vente des matériaux de construction. Pendant plusieurs années, l’emplacement des anciennes carrières d’où étaient extraites des argiles servant à la fabrication de briques est devenu une aire de décharge et donna beaucoup de soucis à la municipalité. La cheminée de la briqueterie est tombée en février 1976.

Déjà au nord de cette zone, tout un quartier de maisons individuelles avait été construit ce sont les quartiers Verghelles et ZAC Village en Flandre. 482 logements devaient être construits de part et d’autre de la route de Lompret dont 300 à l’emplacement de la briqueterie tant du côté où les terres avaient été exploitées que du côté du séchoir. Les terrains sont maintenant tous occupés et c’est une petite ville qui s’est construite avec son centre commercial, ses écoles rue Nadaud, sa salle de sports Norbert Segard et ses centaines de maisons individuelles avec jardinets et aussi deux petits collectifs de 50 logements.

Le lotissement Châteaux date des années 1967 – 1968. Et pourtant nul château à l’horizon !

Les édiles municipaux qui ont baptisé ce quartier auraient ils découvert des archives inédites ?

Rien de tout cela pourtant !

La société Bâtir avait déterminé des lots d’environ une petite centaine de maisons et avait donné des noms à ces ilots nouvellement créés : Chambord, Chenonceau.

Afin d’unifier le secteur, les autorités municipales ont décidé d’appeler ce nouvel ensemble, les Châteaux !

A suivre

Repost 0
Published by LAMBERSART PASSIONNEMENT - dans Culture Tourisme Animations International
commenter cet article
2 août 2014 6 02 /08 /août /2014 04:11

Saint Calixte, pape qui a donné son nom à l’église du Bourg

 

Après avoir rénové de façon spectaculaire l’église saint Calixte opération nécessaire, la dernière mise en peinture remontait à 1934, il nous apparaît opportun, en cette période estivale,  de ré-évoquer le souvenir du patron tutélaire de notre paroisse.

 

Saint-Calixte-1.jpg

 

La statue en bois polychrome est classée aux monuments historiques et date du XVIII° siècle.

 

L’histoire de ce pape est peu commune. Un esclave chrétien nommé Calliste (très beau en grec) est devenu banquier sous l’empereur Commode (180-192). Il s’enfuit après sans doute une banqueroute et est condamné au travail dans les mines. La favorite de l’empereur, Marcia, chrétienne obtient la libération de Calisste. Il vit alors sous la protection du pape Paul (189-198) puis Zéphyrin (198-217). Celui-ci lui confie la gestion du cimetière souterrain de la Via Appia, la fameuse catacombe de San Callisto. En 217, Calliste devient le seizième « évêque de Rome », on ne dit pas encore pape. Son œuvre est surtout connue par son principal détracteur, Hippolyte. Il autorise les mariages entre personnes de conditions sociales différentes. Les 5 ans du pontificat de Calliste (217-222) s’achèvent par la mort en martyr de Calixte. Défenestré, lapidé puis jeté dans un puits. Il est enterré dans la catacombe de Calepode sur la via Aurelia. Plus tard ses reliques seront partagées entre Reims, Cysoing, Lambersart et surtout sous l’autel de Santa maria Maggiore. Patron des fossoyeurs et pape guérisseur, il sera l’objet d’une dévotion ultérieure et le protecteur de notre cité. Des fouilles en 1961 ont permis d’authentifier sa dépouille et son existence.

Les photos montrent la galerie de la catacombe de San Callisto, le cimetière le plus étendu de la Rome antique et la statue de saint Calixte sur la façade de la cathédrale de Reims.

 

Saint-Calixte-2b.jpgSaint Calixte 3

 

Repost 0
Published by LAMBERSART PASSIONNEMENT - dans Culture Tourisme Animations International
commenter cet article
26 juillet 2014 6 26 /07 /juillet /2014 04:41
L’art de dire tout et son contraire

Après un trimestre d’activité, le temps est venu de faire un rapide bilan de l’opposition lambersartoise, celle qui se dit "responsable" :

Lambersart le cœur en plus… n’a pas voté le bilan financier 2013 alors que sa tête de liste était 1er adjoint lors de la préparation du budget 2013 et de sa réalisation : responsable on vous dit !

L c e p a condamné l’augmentation des tarifs municipaux (qui n’avaient pas été augmenté depuis des années). Si les tarifs n’avaient pas bougé, ce sont les contribuables qui auraient payé la différence et elle veut diminuer les impôts : responsable on vous dit !

Elle a reproché le non-renouvellement d’un emploi contractuel à la mairie et elle veut faire des économies (mais donc pas sur la masse salariale qui pèse 55% du budget de la ville) : responsable on vous dit !

Cette liste a reproché que les nouvelles activités périscolaires seraient payantes alors que dans d’autres communes elles seraient gratuites. Mais il n’y a rien de gratuit ; ce que l’utilisateur ne paye pas, c’est le contribuable qui le paye : responsable on vous dit !

Au fait, sa tête de liste, qui s’attribue unilatéralement le prix de la gentillesse sur son blog, pourrait faire preuve de politesse et saluer les membres de la liste majoritaire quand elle les croise (les colistiers le font bien eux, pas tous mais dans l’ensemble, notons-le) : responsable on vous a dit !

On rappellera pour finir une phrase de M. Cousin : « je voulais être maire entre 2017 et 2020 (ndlr-sous-entendu : avec l’équipe Daubresse), pour ma gloriole personnelle je l’avoue » : responsable, vraiment ?

Repost 0
Published by LAMBERSART PASSIONNEMENT - dans Politique
commenter cet article
19 juillet 2014 6 19 /07 /juillet /2014 04:27


La recette du succès de l'Aréna

Vous le savez, l'Aréna est une structure fonctionnelle où l'on peut pratiquer toutes sortes d'activités sportives sur sable à partir de 7 ans et qui s'adresse autant aux enfants qu'aux adolescents, qu'aux adultes comme aux seniors ou aux personnes porteuses de handicap.

Deuxièmement, l'Aréna est ouverte quasiment toute l'année, soit en accès libre, soit avec des animations encadrées.

Troisièmement, il est très simple de réserver par internet ou par téléphone, il suffit de s'inscrire bien en amont car depuis près de 10 ans que l'Aréna existe, les créneaux sont souvent pris d'assaut très tôt dans la saison.

Si vous ajoutez à ces caractéristiques un personnel diplômé et dont le sport ou l'animation est le métier, bref une équipe dynamique prête à accueillir tous les usagers et à les conseiller, alors vous n'êtes pas loin de la recette idéale garante du succès de la structure.

Au 1er juillet, c’est déjà plus de 2680 personnes (enfants et adultes qui sont passés par la structure depuis son ouverture en juin).

Cette année encore, le public est conquis.

L'Aréna est ouverte au public depuis le 8 juin et le restera jusqu'au 24 août. L'ambition étant de coller à l'actualité et donc de participer à des événements d'envergure, le site s'est mis au diapason de la coupe d'Europe de hockey le week-end du 8 juin en proposant du beach hockey. Un événement qui coïncidait avec les fêtes de la Deûle et la fête au Colysée auxquelles l'Aréna participait activement en proposant des activités en accès libre pour les familles.

L'Aréna a aussi mis à disposition son espace pour deux événements sportifs que sont les championnats régionaux de beach tennis organisés avec l'Iris Tennis de Lambersart et pour le tournoi de volley de la SMG. Cette année, grâce à l'acquisition de filets spécifiques, l'Aréna propose de développer le beach tennis, une nouveauté qui fera plaisir aux familles et qui démontre la volonté de la ville de s'appuyer sur cette structure pour faire vivre les berges de la Deûle.

Certes, le soleil doit être au rendez-vous, mais là, la municipalité n’y est pas pour beaucoup !

L'Aréna à côté de la plage, du Colysée et de ses jardins.


C'est un autre pôle d'animation sur les berges de la Deûle, complémentaire du Colysée puisque l'on peut dans le cadre d'une balade visiter une exposition au Colysée, se détendre à la plage et faire du sport à l'Aréna. Les familles s'installent sur la plage pour le pique-nique, les enfants peuvent profiter du sable ou faire du beach volley à l'Aréna avec les parents et grands-parents ! C'est un endroit d'autant plus convivial que la guinguette, occupée par les associations lambersartoises, peut proposer des animations tout l'été…

Bel été à Lambersart.

Aréna : le sport loisir pour tous
Repost 0
Published by LAMBERSART PASSIONNEMENT - dans Sports
commenter cet article
12 juillet 2014 6 12 /07 /juillet /2014 04:36
ABECEDAIRE DE LA VIE POLITIQUE  QUOTIDIENNE A LAMBERSART :

D COMME DÉCONSTRUCTION !

Pour célébrer la "déconstruction" du Centre social du Pacot-Vandracq, désormais installé près de l’église Saint-Calixte, la municipalité a organisé (et financé) plusieurs manifestations symboliques durant la première semaine de Juillet.

Le lundi, notre maire, a parlé de l’histoire du centre qui a permis de créer du lien social et qui doit sa survie à une équipe de bénévoles mais aussi au soutien financier de la ville.

La Voix du Nord y a consacré deux articles, sans mentionner (ce qui est sa liberté) la présence de la municipalité : il paraît que les lecteurs en ont marre de voir des élus !

Le Samedi, auberge espagnole : malgré la concurrence du football, plusieurs élus de notre liste étaient présents, aux cotés des habitants.

Le Dimanche, séquence nostalgie : dernière visite dans les locaux du centre appelé à disparaître : 4 adjoints et un conseiller délégué y étaient, une interview de l’un d’eux a même été diffusée par Haut parleur, mais, sauf erreur, on n’y a pas croisé le journaliste, auteur de l’article ;

Le lendemain, nouvel article où l’on écrit qu’ "aucun membre de l’exécutif municipal n’est venu faire un dernier adieu" au centre.

Passe encore que l’on ne parle pas de nous quand nous sommes là, mais espérons qu’à l’avenir on ne mentionnera pas notre absence quand nous sommes présents !

Prochain rendez-vous le 27 Septembre pour fêter la fin de ce grand chantier avec tous les habitants.

Repost 0
Published by LAMBERSART PASSIONNEMENT - dans Politique
commenter cet article
5 juillet 2014 6 05 /07 /juillet /2014 09:55
ABECEDAIRE de la vie politique à LAMBERSART

C. comme contradictoire

La liste d’opposition se positionne depuis quelque temps sur une attitude résolument dure voire caricaturale : rien n’échappe à sa vindicte, il faut baisser le coût des politiques municipales quitte à dépecer la politique culturelle ou l’aide aux associations. Dernière proposition, ne pas appliquer la réforme des rythmes scolaires ou diluer les horaires accordés aux associations partenaires de la ville qui vont souffrir de l’application de cette réforme en perdant leurs effectifs le mercredi matin sans compensation financière. Le choix de la majorité est courageux car il privilégie l’étalement obligatoire des efforts et la participation massive des animateurs qu’ils soient issus des anciens contrats villes ou du monde associatif pénalisés par cette réforme bâclée.

Où est le courage ? Dans une opposition stérile ou dans une attitude responsable qui ménage les intérêts de chacun, des familles et de nos partenaires !

C. comme consternant

La dernière édition du conseil municipal a permis de mettre en exergue l’incompétence de l’opposition. Que dire du leader de la liste, ancien premier adjoint qui ne vote pas le compte administratif qu’il a largement effectué ! Chercher l’erreur.

Que dire d’un ancien conseiller délégué qui propose des coupes dans le secteur culturel tout en sachant que le contrat qui lie la maison folie à Lille métropole nous impose des prestations culturelles afin de contribuer au rayonnement culturel métropolitain. A les en croire, le cœur en plus signifierait l’obscurantisme en plus.

C. comme catastrophique

L’examen du compte financier de la ville a mis en évidence l’amateurisme de l’opposition qui confond allègrement les dépenses de fonctionnement et d’investissement ou qui reconnaît la complexité de la situation financière en préconisant une baisse des impôts de 10% en ne proposant que des économies superficielles en les proposant comme la panacée !

La crédibilité d’une équipe se juge à sa capacité d’analyse et à ses propositions constructives !

Jusqu’à présent le constat est peu réjouissant, dans la situation financière actuelle du pays avec le désengagement de l’état, les citoyens ont bien fait de faire confiance à une majorité plurielle aguerrie et renouvelée !

Repost 0
Published by LAMBERSART PASSIONNEMENT - dans Politique
commenter cet article
28 juin 2014 6 28 /06 /juin /2014 04:48

Nous avons le plaisir de vous informer que le magazine municipal "Lambersart (infos)" de juillet 2014 est paru. Il est en cours de distribution dans tous les foyers lambersartois.

 

Il est également téléchargeable et feuilletable sur le site de la ville :

www.lambersart.fr

 

Nous vous proposons ci-dessous la tribune de notre liste:

 

 

LAXISME, POPULISME OU PRAGMATISME ?

 

« Notre maire l’exprime avec justesse dans son éditorial, toutes les communes vont être confrontées à une tempête financière sans précédent, puisque la baisse des dotations de l’Etat d’ici 2017 équivaut à une augmentation de la taxe d’habitation de 21% !

Bien évidemment, notre liste tiendra son engagement de campagne de ne pas augmenter les taux des impôts locaux, mais cet engagement devient de plus en plus difficile à réaliser, dans un contexte où l’Etat ne cesse d’alourdir les charges financières qui pèsent sur les communes :

- Rendre tous les bâtiments municipaux accessibles à tous les types de handicap : voilà une action louable, mais avec quel argent ? Ne vaudrait-il pas mieux réaliser un programme moins ambitieux qui consiste à donner l’accessibilité pour les logements construits en rez-de-chaussée, comme nous l’avons fait pour l’habitat construit sur la place de l’Europe récemment.

Réaliser une réforme des rythmes scolaires, qui fait l’unanimité contre elle, perturbe les parents et n’apporte pas grand-chose aux enfants impose aux communes de trouver le financement pour organiser des activités périscolaires, qui, en définitive, devront être payées soit par le contribuable soit par l’usager.

Face à ce laxisme du gouvernement, deux attitudes sont possibles : le populisme ou le pragmatisme.

Nous espérons que notre opposition qui se veut désormais constructive ne cédera pas à la tentation du populisme qui consiste à attiser les haines et les colères et à surfer sur les mécontentements des habitants, en soufflant sur les braises, mais en ne proposant strictement rien pour sortir de la crise.

Pendant la campagne électorale, l’opposition a promis de baisser les impôts de 10%, promesse démagogique qu’elle aurait été incapable de tenir avec la baisse brutale des dotations de l’Etat et pourtant, depuis le début du mandat, elle ne cesse de proposer de nouvelles dépenses dans les réunions des commissions et du conseil municipal, sans se soucier de leur financement.

Il en est de même pour la réforme des rythmes scolaires. Le conseil municipal, unanime, est opposé à cette réforme inutile et coûteuse : à partir de là, deux attitudes sont possibles. Dans un premier temps, l’opposition a proposé de ne pas l’appliquer : ne pas appliquer la loi, quel bel exemple pour les petits délinquants de notre commune !

Dans un second temps, elle s’est bien gardée d’intervenir dans les multiples réunions de concertation, de peur de proposer des mesures qui risqueraient d’être impopulaires pour résoudre ce problème en forme de casse-tête chinois ! Et aujourd’hui, elle prétend nous donner des leçons, sans se soucier en aucune manière du financement de cette opération qui ne doit pas retomber sur nos contribuables !

Rejetant le laxisme et le populisme, nous avons choisi la voie du pragmatisme : parce que nous nous devons d’appliquer la loi, nous avons trouvé le chemin d’un compromis pour satisfaire les parents afin qu’ils soient peu perturbés dans leur organisation quotidienne, les enseignants pour qu’ils disposent de larges plages horaires le matin pour enseigner les matières fondamentales à leurs élèves, mais aussi les associations et les garderies qui pourront retrouver leurs activités perdues du mercredi matin le vendredi après-midi.

Nous allons proposer au conseil municipal une solution équilibrée : garantissant le maintien des études surveillées (qui ne sont plus effectuées par l’Education Nationale) et assurant le vendredi après-midi 2h30 d’activités pédagogiques qui seront prises en charge pour moitié par le budget municipal sans augmentation du taux des impôts locaux, pour moitié par les usagers avec un tarif de 3€30 par séance (soit 112€ par an en moyenne) avec application du quotient familial, pour alléger la charge des ménages les plus fragiles (de 1,6€ à 5,45€ selon les revenus et la charge de famille). Ce projet a été approuvé par chacun des conseils d’école, sans exception, et après une large concertation, n’en déplaise à ceux qui voulaient imposer autoritairement un point de vue pourtant minoritaire.

Au moment où la crise touche avec violence nos populations, nous avons tous besoin d’apaisement et de rassemblement pour affronter ensemble les difficultés; nous faisons confiance aux

Lambersartois pour choisir la voie du pragmatisme et rejeter celle du laxisme ou du populisme ! »

Lambersart info juillet 2014 est paru !
Repost 0
Published by LAMBERSART PASSIONNEMENT - dans Communication
commenter cet article